Brèves de fille d'alcoolique : Une cure de desintoxication l'année du bac

 

Il faut savoir que l'alcoolisme est considéré comme une maladie.

Au même titre qu'un cancer par exemple...

 

 

Il y a des instituts spécialisés pour traiter les addictions.

On y retrouve les cocaïnomanes, les héroïnomanes les malades alcoolique,...

C'est ce qu'on appelle plus communément les centres de désintoxication.

 

 

Ces centres je les connais bien.

J'ai souvent rendu visite à ma mère dans ces lieux si particuliers...

Une petite chambre avec un lit, une table de chevet, un placard et parfois un bureau.

J'ai beaucoup tourné en rond dans ses chambres, j'y ai beaucoup pleuré aussi.

A regarder ma mère, en état de manque, trembler.

 

 

Je me souviens surtout de tout l'espoir que j'avais lors de ses sorties de cures.

Je me disais celle la c'est sur c'est la bonne!

Hélas...

La rechute était de plus en plus dure à encaisser au fil du temps.

Mais je ne baissais pas les bras.

 

L'année de mon bac elle est partie me laissant seule pendant presque 4 mois.

Je suis venue lui rendre visite dans le sud de la France.

Elle resplendissait, toute bronzée

Elle avait repris du poids, de l'assurance, de la confiance et surtout elle avait la volonté et l'envie de s'en sortir.

Cette cure avait un effet plus que bénéfique sur elle.

Et moi j'y croyais dur comme fer.

L'aboutissement de son combat était palpable.

Oh joie!

 

 

Elle est rentrée fin mai, juste avant les épreuves du bac

Pour qu'à nous deux nous soyons plus fortes!

Elle voulait être à mes côtés, me soutenir et pour une fois être présente dans ma vie à un moment important.

 Elle ne m'a pas donné la date de son retour pour me faire la surprise.

 

Et quelle surprise :

 

Un après midi j'ai reçu un appel

 

" Bonjour c'est la sncf

votre mere nous a donné votre numéro

Elle a eu un petit soucis dans le train.

Rien de grave rassurez-vous.

Disons juste qu'elle est hum comment dire ... ivre."

Gros silence puis

"Je ne suis pas ivrreeeeee" avec sa plus belle voix de pochetron.

Pensez-vous que quelqu'un peu venir la chercher?

 

J'ai avalé ma salive, ravalé ma fierté et surtout mes larmes.

Et comme les 10 années précédentes j'ai dit "je gère"

Et c'est ce que j'ai fait.

J'avais 17 ans le bac a révisé mais il fallait encore que je m'occupe d'elle.

 

 

Je l'ai retrouvée au commissariat de la gare.

Elle avait passé pratiquement les 4 heures de son trajet dans la voiture bar...

J'ai eu sur moi tous les regards bien lourds de bienveillance et de compassion et de pitié auxquels j'étais habituée.

Mais dont je ne me suis jamais accoutumée.

 

Je n'ai meme pas répondu au "bon courage" de ces personnes.

J'ai porté son sac sur mon dos et je l'ai laissée s'agripper à moi.

 

J'ai baissé la tête et j'ai traversé la gare pris le métro et marché dans la rue en me disant que ma mère et moi formions quand même un drôle de duo.

 

Une ado aux mèches rouges et une adulte accrochée à son bras pour ne pas zigzaguer ou tomber...

 

Arrivées tant bien que mal a l'appart je l'ai installée sur le canapé, lui ai fait un café enfin une cafetière même, et je suis retournée à mes révisions.

La vue brouillée et les larmes en plus.

 

J'ai eu mon bac.

Pile 10.

Et elle a fêter ça à sa manière.

Je ne vous dit pas vous avez deviné...

 

L'éternel recommencement...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Lapetitelati

Divorcée, Curieuse et épicurienne, maman de 2 poulettes à la fois douces et piquantes. C'est un blog de maman, enfant, bons plans, découverte et plus encore!!!
Voir le profil de Lapetitelati sur le portail Overblog

Commenter cet article

Maman pirate 12/06/2015 14:16

Je ne connais que trop bien cet état malheureusement. Plusieurs années que ça dure et aucune lumière au bout du tunnel...
Merci d'avoir partagé ces moments difficiles avec nous

Mammagattino 10/06/2015 13:36

Ma belle j'ai pas vécu ça aussi tôt, par contre j'ai tourné en rond aussi dans des chambres d'hôpital a faire mes devoirs près de mère, je revois son visage, sa souffrance!
Maintenant j'ai 33 ans je vis toujours la souffrance de la mère et l'alcoolisme (et la maladie) de mon père.
Je te comprend mille fois la vie est une putain parfois, comment accepter cela? Malheureusement je n'ai pas de réponse à cela mais des amies qui me soutiennent et me donnent le sourire, tu fais parti de ceux la.
Courage et plein de bisous

danslapeaudunefille 10/06/2015 12:01

Merci de partager avec nous ce passé très personnel. PS : aucun rapport mais j'ai pas eu mon BAC

leeloo95 10/06/2015 09:28

Je ne connais que trop bien cet état... mon père l'est depuis la mort brutale de son frère et de son père... bref lorsque l'on a 8 ans difficile de comprendre que son père est tellement désespéré qu'il se noie dans l'alcool et nous oublie, nous sa famille, ma mère et mon frère avec... Ta mère a été en cure et doit être plus au moins consciente de son problème (?) Bonne continuation. Des bises.

Lapetitelati 10/06/2015 10:11

Oui elle est consciente de ça mais elle l'est depuis si longtemps qu'elle est habituée à âtre ivre... Bref pas cool pour toi non plus...

Valérie T 10/06/2015 07:42

dur ... et comment va-t-elle aujourd'hui ? moi j'ai une maman dépressive qui a voulu plusieurs fois mettre fin à ses jours ... gamine, j'allais la voir à l'hôpital psy, qu'elle ne supportait pas, car pour elle ces hôpitaux sont pour les fous ... bref, j'ai aussi des souvenirs d'enfance, pleins pas drôle...ça fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Des bisous <3

Lapetitelati 10/06/2015 07:49

Elle est toujours la même...
Pas évident tout ça, mais on est d'autant plus fortes! :)