Ces appels que je redoute (brèves d'alcoolique)

Parfois je prends mon téléphone

 

Je tente de la joindre pour papoter juste pour faire comme tout le monde

 
Essayer d'avoir une vraie conversation avec elle.
 


J'ai toujours une boule au ventre quand je sélectionne son contact.

 

 

Une montée d'angoisse quand ça sonne

 


Un micro soulagement quand je tombe direct sur le répondeur.


Je laisse un message :


"Bon c'est moi je voulais juste faire un petit coucou, savoir comment ça allait. On se rappelle. Bisous"
 

 

Elle ne pourra pas dire que je ne donne pas de nouvelles ou bien que je n'en prends pas.

 


Et une énorme boule au ventre lorsqu'elle décroche le combiné.

 

 

Mais le plus dur c'est de deviner.

Oui deviner son état en écoutant les premiers mots qu'elle prononce quand elle décroche.
  

Parfois avant même qu'elle ne parle, je sais.
Elle pousse comme un soupir qui me met la puce a l'oreille.

 
Parfois j'ai un doute et ma crainte est hélas fondée.

 
Mais il arrive de temps en temps que sa voix soit normale, posée, sûre et pas chevrotante.
Et la c'est le soulagement car oui j'ai eu de la chance c'est un bon moment.
Je ne peux pas dire un bon jour juste un bon moment.


Et la on parle,

De tout de rien

De mes filles

De mon frère et moi quand nous étions enfants

On a une vraie conversation

Comme une mère et sa fille


Enfin je suppose.


Car quand on est fille de femme malade alcoolique,


On ne sait pas,
On imagine,
On tatonne.

 

Et au final ça y est, ça ressemble à la normalité

 

Mais on n'oublie rien pour autant.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Lapetitelati

Divorcée, Curieuse et épicurienne, maman de 2 poulettes à la fois douces et piquantes. C'est un blog de maman, enfant, bons plans, découverte et plus encore!!!
Voir le profil de Lapetitelati sur le portail Overblog

Commenter cet article

Cepheus 05/04/2014 16:51

Ces jolis mots d'écrivent aussi les conversations que peut avoir une mère avec son fils, j'ajouterai ce sentiment culpabilisant d'impuissance que laisse parfois ces conversations, en tout cas
celles qui commencent avec un souffle, un téléphone qui tombe ou qui met un temps interminable à se retrouver en face d'une oreille.

lapetitelati 08/04/2014 09:41



C'est dur...


je n'imagine pas la souffrance dans ce sens là...



sophie-mum 04/04/2014 13:22

c'est tres courageux de telephoner en tout cas car j'aurais trop peur et je culpabiliserais de la laisser dans cet état...
ca ne doit pas etre facile en tout cas

lapetitelati 08/04/2014 09:42



Merci ce n'est pas evident mais c'est ainsi...



fred 04/04/2014 09:50

je ne sais pas quoi dire, je ne connais pas cette situation, mais ne pas pouvoir compter sue sa maman, ça doit être vraiment déstabilisant. C'est quand même chouette que ces bons moments existent

lapetitelati 08/04/2014 09:43



en effet!